Des Indes linguistiques (IndesLing)

Des Indes linguistiques est le carnet de recherche du programme ANR JCJC IndesLing. Ce programme de recherche vise à suivre les langues dans l’entièreté de leurs itinéraires, depuis les terrains de leurs collectes jusqu’aux ouvrages des linguistes européens les mobilisant, en passant par les imprimeries où elles sont manipulées par des typographes « orientalistes ».
Le terme « Indes » au pluriel du titre a été choisi pour marquer l’indécision des acteurs eux-mêmes face à la définition de ces langues, les fluctuations et phénomènes de superposition, de palimpseste, de quiproquo parfois, dans la lecture européenne des langues des Indes, c’est-à-dire de tous les territoires non-européens. Le programme se propose ainsi d’envisager comment d’un point de départ où ces Indes désignent aussi bien les « orientales » que les « occidentales » – l’Asie, l’Amérique mais aussi l’Afrique, voire certains espaces européens –, progressivement, dans le passage de la focale des Indes à l’Inde, au singulier, un prisme orientaliste semble peser, à partir du XVIIIe siècle en particulier, sur la lecture des langues du monde, non sans conséquence. Les langues africaines et américaines pourraient apparaitre alors comme des angles morts linguistiques dont le programme vise à déterminer plus exactement la position.

Une approche d’histoire des savoirs est privilégiée, et appliquée donc à l’étude d’un champ resté en grande partie en dehors de ses préoccupations jusque-là : celui des langues et des savoirs linguistiques. Deux grands objectifs guident les réflexions des membres du projet : le premier est de proposer une histoire, scientifique et technique, donc y compris matérielle, des savoirs linguistiques, permettant, en particulier, de contribuer au renouvellement actuel de l’histoire de l’« orientalisme » ; le second est d’envisager la diversité des acteurs impliqués dans l’élaboration de ces savoirs, au-delà des « savants linguistes », ou en collaboration plus ou moins conflictuelle avec eux.
Trois grands axes, Collecter/Imprimer/Penser les langues, structurent le projet : si l’un des points d’aboutissement est constitué par l’étude, à nouveaux frais, des ouvrages de deux grands penseurs de la diversité linguistique, Lorenzo Hervás y Panduro (1735-1809) et Wilhelm von Humboldt (1767-1835), il s’agit de voir comment les langues sont « pensées » déjà, et des savoirs linguistiques élaborés donc, dès les lieux de collecte, par des acteurs comme les missionnaires, ou dans les ateliers typographiques, point focal majeur du projet.
Le programme souhaite en effet se pencher en particulier sur ces ateliers comme de véritables lieux de savoir linguistiques, au sein desquels se croisent des acteurs aux identités diverses, philologues, typographes, interprètes, correcteurs… Y sont considérées comme « orientales » toutes les langues recourant aux alphabets non latins, du grec au syriaque en passant par l’arabe, le bengali ou encore le maya.
L’observatoire constitué par ces imprimeries permet ainsi de « désinvisibiliser » le rôle des « techniciens » (Shapin 1989) et de souligner leur part dans l’élaboration des savoirs linguistiques. Ces « laboratoires » apparaissent alors comme des « trading zones », des « arènes du savoir », ou, suivant la formule de Pamela O. Long, « the learned taught the skilled and the skilled taught the learned » (Long 2011). S’y nouent, autour des poinçons, matrices et caractères, des dialogues entre savants et praticiens, les premiers tenant entre autres, dans le cas parisien, la fonction d’« Inspecteur de la typographie orientale » et les seconds, notamment de prote, responsable de l’atelier.
L’exemple central, au cœur des études en cours de plusieurs membres du projet, est en effet celui de l’imprimerie « nationale » parisienne (en fait « royale », « de la république », « impériale » en fonction des contextes), dans ses connexions, parfois conflictuelles, avec d’autres ateliers européens, à Rome ou Florence en particulier. L’imprimerie parisienne apparaît comme un centre typographique majeur pour les « langues orientales » depuis le XVIIe siècle, formalisé par la mise en place d’un atelier dit « oriental » par un décret du 22 mars 1813. Le matériel typographique, et les archives, toujours conservés à l’Imprimerie actuelle, à Flers-en-Escrebieux (Douai), sont ainsi au centre des recherches et feront l’objet d’une exposition.

Le programme ANR IndesLing regroupe par conséquent une équipe pluridisciplinaire. Elle permet d’associer historien.ne.s, linguistes ou anthropologues, afin d’offrir un point de vue renouvelé sur la manière dont les langues extra-européennes ont pu être perçues, reçues dans des lieux de savoir variés, intégrées à différentes formes de savoirs linguistiques les reconfigurant.
Cette dimension collective est rendue probante par la complémentarité des approches : si les linguistes et spécialistes des langues orientales apportent leur expertise et leurs compétences linguistiques (avec des spécialistes du sanskrit (E. Aussant), du syriaque (M. Farina), du chinois (M. Bussotti) ou encore du guarani (C. Boidin et T. Brignon)), ils bénéficient, en retour, de la lecture des savoirs linguistiques par le prisme de leur matérialité, investie par les spécialistes d’histoire des savoirs scientifiques et techniques, mais aussi par les praticiens contemporains impliqués dans le projet.
Il est porté par le laboratoire du coordinateur du projet – Fabien Simon –, ICT (Identités, Cultures, Territoires), Université de Paris, mais en collaboration étroite avec d’autres laboratoires tels que HTL (Histoire des Théories linguistiques) représenté par plusieurs chercheurs, ainsi qu’avec d’autres collègues en France, et en particulier Michela Bussotti de l’EFEO, et à l’étranger, par exemple Giovanni Pizzorusso de l’université de Chieti.
Au-delà de cette équipe de chercheuses et chercheurs, sont aussi pleinement impliqués dans le projet les acteurs contemporains de l’Imprimerie Nationale/IN Groupe (structure privée à capitaux publics) : tant les responsables actuels de l’Atelier du livre d’art et de l’estampe, partie historique de l’Imprimerie (Marie Manuel de Condinguy, Lucile Théveneau, Fanny Legru ou encore Didier Barrière), que les « techniciens » contemporains, ou récemment retraités, de l’imprimerie, et en particulier les derniers typographies orientalistes de la mèche (promotion) Apollo de 1966, autour desquels un film documentaire est prévu.

Journée d’étude Enquêtes linguistiques, XVIe-début XXe siècle

Cette journée d’étude internationale mettra au centre des réflexions de ses participants les « enquêtes linguistiques ». Elles seront abordées à travers différentes études de cas, sur un arc chronologique volontairement large, du XVIe au début du XXe siècle, afin d’en observer les figures récurrentes, les différences et les évolutions. Comment enquête-t-on sur les langues et dans quels buts, en fonction des contextes ? La variété desdits contextes, temporels et spatiaux, permettra de passer de la Nouvelle Espagne des années 1570, arpentée au cours de l’enquête de Francisco Hernandez, fasciné par les langues locales, et en particulier le nahuatl, à la dimension linguistique de la mission Dakar-Djibouti du début des années 1930, ou à la cartographie de la pléthore des idiomes indiens dressée, à partir de la fin du XIXe siècle, par George Abraham Grierson dans le cadre de la Linguistic Survey of India, en passant, entre autres, par l’enquête sur les langues du monde lancée par Catherine II de Russie au XVIIIe siècle, ou celle sur les langues et dialectes français menée par Coquebert de Montbret (1806-1812). Cette dernière entreprise, mais aussi celle de l’abbé Grégoire autour des patois de l’an II, permet de confronter l’attitude vis-à-vis des langues du monde et celle face aux langues des « Indes de l’intérieur » (en France – breton, basque… – et ailleurs en Europe).

Quels sont les enjeux, politiques en particulier, de telles entreprises linguistiques, exclusivement dédiées aux langues, ou parties intégrantes, parfois, d’enquêtes administratives ou naturalistes plus vastes ? Quels en sont les commanditaires (gouvernements, administrations, sociétés savantes etc.) et quels en sont les agents (commissaires dûment mandatés, naturalistes ou missionnaires dont ce n’est qu’une tâche parmi d’autres…) ? Servent-elles, par exemple, en tant qu’instruments de maîtrise linguistique d’un territoire, aux accents impériaux ou coloniaux, à mieux faire disparaître les langues extra-européennes dans le cadre d’une politique linguistique hégémonique, « glottophagique » ; ou visent-elles, au contraire, à intégrer ces langues, mieux connues grâce à ces instruments de savoir, pour en faire des idiomes de l’Empire au même titre que ceux exportés d’Europe ?

Quelles sont, par ailleurs, les dimensions pratiques de ces enquêtes ? Quelles formes y prend la collecte des langues ? A partir de quels échantillons ou artefacts linguistiques, supports variés pour prélever tel ou tel parler (mots de vocabulaire, Notre Père, parabole de l’Enfant prodigue, chansons, inscriptions etc.) ? Où l’enquête se fait-elle : sur le terrain, auprès des populations autochtones ; à distance, via un réseau de correspondants, répondant à des instructions plus ou moins précisément définies ; ou, par procuration, dans des livres ? Quels questionnaires, imprimés ou manuscrits, guident les enquêtes en amont et quels types de productions sont attendues en aval (cartes, outils linguistiques – dictionnaires etc. –, statistiques…) ?

Autant de questions, parmi bien d’autres encore, qui pourront guider les réflexions au cours de la journée.

9h15 Fabien Simon (ICT, Université Paris Cité), Introduction

Présidence Chloé Laplantine (HTL, Université Paris Cité) 

9h40 Toon Van Hal (KU Leuven), Leibniz, les langues du monde et la langue scythique 

10h20 Thomas Brignon (Framespa, Université Toulouse Jean Jaurès), De Buenos Aires à Madrid sans passer par Saint-Pétersbourg ? Le Catecismo en guaraní y castellano de fray José Bernal (1789), l’expédition Mutis et l’enquête de Catherine II de Russie 

11h00 Pause café 

11h20 Jean-Baptiste Lamontre (HTL, Université Paris Cité), De l’Évangile à l’Empire : pourquoi et comment documenter les vernaculaires dans les Indes britanniques au XIXe siècle

12h Cécile Van den Avenne (EHESS, IMAF (Institut des Mondes Africains))Collecter les objets et les langues. La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933)  

12h45 Pause déjeuner 

Présidence Marie-Noëlle Bourguet (ICT, Université Paris Cité) 

14h20 Samir Boumediene (CNRS, IHRIM, Villa Medicis), Les langues comme manières de vivre. A propos de quelques usages de l’enquête entre l’Amérique et l’Europe (1570-1790) 

15h Jean-Luc Chappey (IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Connaître les peuples par les langues au début du XIXe siècle 

15h40 Pause café 

16h00 Sven Ködel (Institut historique allemand, Paris), L’enquête linguistique sur les parlers de l’Empire napoléonien (1806-1812) : méthode, acteurs, réseaux 

16h40 Paul Cohen (University of Toronto) [à distance], L’Histoire sociale d’une courbe d’apprentissage linguistique.  Missionnaires français et langues amérindiennes en Nouvelle France, XVIIe -XVIIIe siècles 

Toon van Hal, professeur invité

Toon van Hal, KU Leuven (https://www.kuleuven.be/wieiswie/en/person/00041239), est professeur invité (HTL/ICT) à l’Université Paris Cité, entre mi-mai et mi-juin. Il présentera divers aspects de ses travaux au cours de quatre interventions, dans le cadre de séminaires ou de journées d’études.

Vendredi 20 mai, journée d’étude “Le Notre Père, outil linguistique et objet de savoirs” (Bât. Halle aux farines, salle 578F, 9h-18h)

Réceptions de la collection d’oraisons d’Andreas Müller (1680)

En 1680, l’érudit excentrique Andreas Müller publia un recueil de près de 100 traductions du Notre Père. Avec cet ouvrage, Müller ressuscite un genre qui, après de premiers travaux de Theodor Bibliander et Conrad Gesner dès le milieu du XVIe siècle, avait donné lieu à une première publication indépendante vers 1600 par Hieronymus Megiser. Dans cette conférence, un bref examen de la collection de Müller sera suivi d’une analyse de trois copies annotées, qui contiennent des ajouts et des révisions par des membres du réseau de Müller : Hiob Ludolf, Christian Mentzel et Mathurin Veyssière de la Croze.

-Mercredi 25 mai, séminaire HTL (Bât. Sophie Germain, salle 1014, 14h-17h)

Les grammaires ‘wendat’ de Pierre-Philippe Potier (1708-1781)

Cette conférence porte sur les Elementa grammaticae Huronicae, une grammaire missionnaire du XVIIIe siècle rédigée par le jésuite Pierre-Philippe Potier (1708-1781) décrivant la langue huronne, aujourd’hui appelée wendat. À la suite d’une édition récente de cet ouvrage (publiée en Open Access à l’Universitätsverlag Potsdam), que nous présenterons brièvement, nous examinerons cet ouvrage dans la perspective de la “grammaire latine étendue”. D’autres questions seront également abordées : dans quelle mesure est-il possible de distinguer la contribution de Potier de ses prédécesseurs ? Comment devons-nous comprendre la relation entre les versions manuscrites existantes et les versions manuscrites perdues ? Quels sont les défis auxquels les historiens de la linguistique missionnaire du XVIIIe siècle sont confrontés, et quelles responsabilités cela implique-t-il ?

-Vendredi 3 juin, séminaire HTL (Bât. Sophie Germain, salle 1001, 14h-17h)

La comparaison linguistique prémoderne et l’importance des similarités morphologiques

En 1816, Franz Bopp surprend la communauté scientifique avec un ouvrage novateur intitulé Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache. Plutôt que d’étudier la parenté linguistique en se fondant sur les ressemblances lexicales, Bopp met l’accent sur l’importance des similitudes récurrentes au niveau des flexions verbales. Le passage du lexical au morphologique fut considéré comme une étape majeure, sinon décisive, dans le développement de la linguistique en tant que discipline académique à part entière. Les idées de Bopp ne tombaient pourtant pas du ciel. Deux ans avant la parution de la monographie de Bopp en 1816, Rasmus Rask était couronné pour son essai Undersøgelse om det gamle Nordiske eller Islandske Sprogs Oprindelse, publié quatre ans plus tard. La méthodologie de Rask était similaire à celle de Bopp. Cette communication examinera dans quelle mesure la comparaison des traits morphologiques dans le but d’établir des liens généalogiques fut un phénomène exclusif du XIXe siècle. On montrera que dès le XVIe siècle, il existe des tentatives d’incorporation des caractéristiques morphologiques dans les recherches comparatives, tant au niveau programmatique, ou théorique, qu’au niveau pratique.

-Samedi 11 juin, journée d’étude “Enquêtes linguistiques, XVIe-début XXe siècle” (Bât. Halle aux farines, salle 578F, 9h-18h)


Leibniz, les langues du monde et la langue scythique

Dans les dernières décennies de sa vie, Gottfried Wilhelm von Leibniz a développé un intérêt prononcé pour les langues du monde et a tenté de lancer un programme de recherche collectif à grande échelle pour réunir des spécimens de langues. Pourtant, certaines régions et certaines langues ont été considérées avec plus d’attention que d’autres. Dans cette conférence, nous examinerons pourquoi Leibniz a développé un intérêt spécial pour les Scythes et la langue scythique.

Le Notre Père, outil linguistique et objet de savoirs

Affiche JE Le Notre Père, outil linguistique 20 mai 2022 Programme JE Le Notre Père, outil linguistique (20 mai)

Les participants à cette journée d’études internationale se proposent de mettre au centre des réflexions le « Notre Père », abordé dans sa dimension textuelle, matérielle, à la fois en tant qu’outil linguistique et objet de savoirs.

La prière, avec ses sept versets, est tirée des Evangiles, de Mathieu (Mt 6, 9-13) et de Luc (dans une version plus brève encore, Lc 11,1-4). Court, le texte n’en est pas moins riche. D’une richesse liée à ses sens et interprétations multiples, l’ayant conduit à être remis sans cesse sur l’atelier des traducteurs ; une richesse liée également à ses usages diversifiés, bien au-delà du seul contexte religieux. Sera donc étudié le caractère éminemment protéiforme de l’oraison dominicale et de ses utilisations, dans ses dimensions linguistique, savante, sociale et politique, et en particulier à travers les transformations qu’elle subit au cours de ses circulations.

Le Pater Noster fait partie de ces textes comprenant des « intraduisibles », que l’on « n’a jamais cessé de (ne pas) traduire » (B. Cassin). Ils sont visibles dans les traductions depuis l’hébreu et le grec vers le latin puis vers les langues vernaculaires européennes. Mais l’oraison s’intègre aussi au corpus des premiers textes traduits, avec le « Credo », le « Je vous salue Marie » ou encore les « Articles de la foi », dans les catéchismes et doctrines des territoires nouvellement évangélisés, à partir du XVIe siècle. Il est un des premiers extraits des Ecritures par lequel les traducteurs, missionnaires et autochtones, se confrontent aux problèmes de la traduction de la doctrine chrétienne dans des langues diverses. Cela le constitue par conséquent en un outil linguistique privilégié, et ce à plusieurs niveaux.

Le premier prend donc place sur les terrains missionnaires, dont les interventions de la journée présenteront des exemples tant indiens qu’américains. Comment le texte y est-il trituré, découpé pour être traduit, ligne à ligne, mot à mot, en intégralité ou en y laissant des termes en langues européennes, voire en latin ? Comment, dans certains cas, la traduction y prend-elle des formes intersémiotiques, recourant aux images, avec de possibles emprunts à des systèmes d’écriture logographiques, voire en matérialisant la prière sous forme d’objets, mnémotechniques ? Comment, autour du texte, se rassemblent missionnaires et missionnés, et quels échanges s’y nouent ? L’oraison apparaît ainsi également, à travers ces interactions sociales, comme un instrument utilisé par les Européens pour apprendre la langue du pays de la mission, et le texte retrouve d’ailleurs à cette occasion une autre de ses facettes, celle d’exemple récurrent des manuels d’apprentissage de la lecture.

Par ailleurs, la prière circule depuis ces terrains vers les cabinets européens, avec parfois des allers-retours entre ces deux types d’espaces. Disponible dans des idiomes divers, elle se transforme en effet, dès le XVIe siècle, en un des échantillons de choix de la collecte des langues. Du Mithridates de Conrad Gessner en 1555 au Mithridates d’Adelung et Vater en 1806-1817, en passant par les ouvrages de Megiser, Duret, Müller, Schultze etc., le texte est érigé en outil de comparaison des langues. Il devient objet de collection, échangé d’un texte à l’autre, repris d’une collection de Notre Père à l’autre, imprimé, découpé, copié-collé… Et alors que les auteurs tentent aussi, quand ils le peuvent, de se procurer l’échantillon le plus rare au sein d’accumulations d’oraisons de plus en plus touffues. La journée sera l’occasion, à travers plusieurs études de cas, d’aborder en détails ces collections.

Colloque Documenter et décrire les langues d’Asie : Histoire et épistémologie (SHESL 2022), du 26 au 28 janvier 2022

Plusieurs membres du projet ANR participent au Colloque 2022 de la SHESL, dans l’organisation duquel l’ANR IndesLing est impliquée.

Ce colloque (sous la responsabilité scientifique de la SHESL, HTL, ICT et Pays germaniques) propose d’aborder, d’un point de vue historique et/ou épistémologique, les activités de documentation et de description des langues d’Asie. « Asie » est à prendre ici dans l’acception large que lui donne la Société asiatique, c’est-à-dire en tant que désignant une zone allant du Maghreb à l’Extrême-Orient.

Par « activités de documentation et de description des langues d’Asie » nous entendons :

– d’une part, la collecte de données linguistiques, sous toutes ses formes (listes de mots, constitution d’archives, de fonds, « linguistic survey », questionnaires, enregistrements audio et/ou vidéo, corpus, bases de données, etc.) ;

– d’autre part, l’élaboration d’outils permettant de représenter, en synchronie ou en diachronie, une langue : systèmes d’écriture, grammaires, dictionnaires monolingues, lexiques, instruments de traduction (par ex. les dictionnaires bi- ou trilingues), manuels, traités de poétique, de rhétorique, etc. 

Toute connaissance relative aux langues d’Asie sera envisagée comme une réalité historique, c’est-à-dire comme un acte de savoir mis en œuvre par des instances ancrées dans un « ici », un « maintenant », un « horizon de rétrospection » voire un « horizon de projection » (Auroux 1989 : 13). Il sera donc question d’étudier les formes diverses qu’ont revêtues, dans le temps, le savoir linguistique et les pratiques de documentation relatifs aux langues d’Asie, de même que les évolutions ou transformations de ces formes, et ce, dans une perspective fondamentalement réflexive.

Dans ce cadre, le colloque accueillera des communications portant sur :

– les « acteurs » de la documentation/description des langues d’Asie (et leur environnement culturel), qu’il s’agisse de personnes (lettrés/savants d’Asie, missionnaires, orientalistes, philologues, grammairiens, linguistes, traducteurs, etc.) ou d’institutions (Fort William College de Calcutta, etc.) ;

– les projets ou entreprises liés à la documentation/description des langues d’Asie : fondation d’institutions (sociétés asiatiques de différents pays occidentaux, congrès, Instituts français au Proche et Moyen-Orient, etc.), réalisation de projets à grande échelle (comme le Linguistic Survey of India) ;

– les méthodes et stratégies mises en œuvre dans l’apprentissage des langues orientales : interactions avec les lettrés locaux, appui sur les traditions savantes asiatiques, mythe et réalité des démarches « autodidactes » de savants européens, accès au matériel permettant la connaissance des langues (collections de manuscrits et leur circulation, bibliothèques…) ; appui sur une langue asiatique déjà connue pour accéder à une autre (par ex. mandchou et chinois, chinois et japonais, sanskrit et persan) ;

– les arrière-plans théoriques de la documentation/description des langues d’Asie : recours à des catégories descriptives occidentales ou incorporation dans les travaux européens de catégories « indigènes » ; extension du modèle gréco-latin aux langues asiatiques ou d’une langue asiatique vers d’autres (phénomène des « grammaires étendues », cf. Auroux 1989 et 1994, Aussant 2017, Guillaume 2020) ; stratégies adoptées face aux phénomènes difficiles à traiter, points aveugles des descriptions, etc. ;

– les méthodologies de la documentation/description des langues d’Asie : les différents types de grammaires/dictionnaires/manuels, transcription, traduction, annotation, etc. ;

– les objectifs de la documentation/description des langues d’Asie : institution d’une langue, organisation et régulation d’une langue littéraire, développement d’une politique d’expansion linguistique à usage interne ou externe, apprentissage d’une langue, recensement, cartographie, préservation de langues en danger, intérêt culturel, etc. ;

– les outils et modalités de la transmission des savoirs relatifs aux langues d’Asie (usages didactiques et pratiques concrètes d’enseignement : traduction interlinéaire, répétition, etc.).

Ce colloque proposera donc de mettre au cœur des réflexions une analyse fine du savoir linguistique produit, dans et hors d’Europe, sur les langues asiatiques, tout en étant attentif à l’importance des contextes de production et de circulation de ces savoirs. Il s’agira ainsi de préciser la manière dont les savoirs sont conditionnés, plus ou moins directement, par les identités complexes des acteurs et des institutions au sein desquelles ils sont élaborés. Et d’interroger par conséquent la catégorie même de « langue asiatique », en Asie/Orient (y existe-t-elle ?), et en Europe, notamment à travers la catégorie omniprésente de « langues orientales », dont les différentes déclinaisons pourront être envisagées (langues de l’exégèse biblique, langues de la diplomatie et du commerce, etc.).

Références
Auroux, Sylvain, 1989. « Introduction », dans Auroux, Sylvain (éd.), Histoire des idées linguistiques, Tome 1 : La naissance des métalangages en Orient et en Occident, Liège, Mardaga, p. 13-37.

Auroux, Sylvain, 1994. La révolution technologique de la grammatisation – Introduction à l’histoire des sciences du langage, Liège, Mardaga.

Aussant, Émilie (dir.), 2017. « La Grammaire Sanskrite Étendue » (numéro thématique/thematic issue), Histoire Épistémologie Langage 39.2.

Dew, Nicholas, 2009. Orientalism in Louis XIV’s France, Oxford, Oxford University Press.

Engberts, Christiaan, Paul, Hermann, 2019. Scholarly personae in the history of orientalism 1873-1930, Leiden, Brill.

Espagne, Michel, Lafi, Nora et Rabault-Feuerhahn, Pascale (dir.), 2014. Silvestre de Sacy : le projet européen d’une science orientaliste, Paris, les Éditions du Cerf.

Guillaume, Jean-Patrick (dir.), 2020. « La Grammaire Arabe Étendue » (numéro thématique/thematic issue), Histoire Épistémologie Langage 42.1.

Kornicki, Peter Francis, 2018. Languages, scripts, and Chinese texts in East Asia, Oxford, Oxford University Press.

Larzul, Sylvette & Messaoudi, Alain, 2013. Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Éditions de la BNF.

Messaoudi, Alain, 2015. Les Arabisants et la France coloniale : savants, conseillers, médiateurs, 1780-1930, Lyon, ENS Éditions.

Messling, Markus, 2012. Champollions Hieroglyphen. Philologie und Weltaneignung, Berlin, Kulturverlag Kadmos.

Pollock, Sheldon, Elman, Benjamin A. & Chang, Kevin Ku-Ming, 2015. World Philology, Cambridge, London, Harvard University Press.

Rabault-Feuerhahn, Pascale, 2008. L’archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du XIXe siècle, Paris, Les Éditions du Cerf.

Raj, Kapil, 2007. Relocating Modern Science: Circulation and the Constitution of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke, Palgrave MacMillan.

Xavier, Angela Barreto & Zupanov, Ines G., 2015. Catholic Orientalism: Portuguese Empire, Indian Knowledge (16th-18th centuries), New Delhi, Oxford University Press.

Zwartjes, Otto & Hovdhaugen, Even (dir.), 2004. Missionary linguistics: selected papers from the First international conference on missionary linguistics, Oslo, 13-16 March 2003, Amsterdam – Philadelphie, J. Benjamins.