Axe 3 – Penser les langues du monde depuis l’Europe

Cette troisième thématique du projet se veut englobante. Elle rassemble donc plusieurs des chercheuses et chercheurs impliqués dans les autres axes. Elle recoupe en effet les deux autres thématiques, puisque tant le moment de la collecte des langues, que celui de leur impression, sont envisagés précisément comme des étapes où les langues sont déjà « pensées », et non uniquement récoltées et mises en forme. Forts de cette perspective, il est alors possible de relire, à nouveaux frais, les grands ouvrages des « savants linguistes » européens, du XVIe au XIXe siècle, afin d’en proposer une micro-histoire, connectée, à hauteur des acteurs variés impliqués, aussi bien que des espaces, multiples, où ces savoirs « font lieu » (Jacob 2007 et 2010). Deux aspects seront plus particulièrement mis en avant.

Le premier concerne la mise en écriture des langues et les technologies de papier, mêlant manuscrits et imprimés, qui rendent possibles, du point de vue européen, leurs circulations (3.1). Prendre en considération la matérialité des savoirs linguistiques suppose d’envisager la manière dont ils voyagent, à partir de quels échantillons des langues du monde, prélevés et transportés : listes de vocabulaire, grammaires, « alphabets » ou prières ? Ces dernières peuvent être investies, au cours de leurs déplacements, d’autres fonctions que purement religieuses, transformant par là même le sens donné au matériau linguistique établi par des missionnaires sur leurs terrains de mission : le « Notre Père » s’affirme ainsi, et sur le temps long, comme un outil linguistique autorisant la comparaison entre les langues, à partir d’un matériau considéré comme stable et traduit de façon optimale du fait de ses enjeux (Colombat 2008 ; Simon 2018a). Il s’agit donc de se pencher sur les « artefacts » linguistiques qui rendent concrète la circulation des idées linguistiques. Quels sont les effets des trajets effectués sur eux ? Et, en premier lieu, sur la conception-même de ce que l’on appelle, en fonction des contextes précis, une « écriture » ? ll s’agit ainsi d’étudier la manière dont les systèmes d’écritures autres – pictographiques, logographiques ou phonographiques – ont pu être considérés dans les travaux des linguistes européens (Cañizares-Esguerra, 2001). Leur accorde-t-on finalement le statut d’« écritures » ou celui de « hiéroglyphes », catégorie omniprésente, bien qu’avec des sens fluctuants, entre XVIe et XVIIIe siècle (David, 1965) ? Or cette catégorisation a de fortes implications sur la hiérarchisation des peuples à travers cette classification de leurs langues/écritures (Blanckaert, 2007) : quelle place est accordée en particulier aux langues paraissant constituer a priori un angle mort linguistique, c’est-à-dire celles d’Amérique et d’Afrique, notamment parce qu’elles sont considérées comme « sans écriture » ? Cette question en soulève une dernière, concernant cette fois les langues « exotiques » uniquement orales avant la rencontre avec les Européens : comment ont-elles été mises par écrit ? Quels sont les effets de la « raison graphique » ainsi imposée (décrite par Jack Goody (1978)), mais aussi des possibilités de résistance, dans l’écriture ou malgré elle, d’une « raison orale », invitant finalement à reconsidérer, à partir des travaux des anthropologues, ce que l’on appelle même une « langue » (David Hauck et Orlandini Heurich, 2018 ; voir aussi Canut, 2021) ? Cette mise en écriture est-elle passée par une translittération en caractères latins, par l’usage de caractères spéciaux et donc par des « inventions d’écritures », menées souvent à cheval sur la frontière entre terrain missionnaire et territoire indigène (Déléage 2013), par d’autres formes d’inscriptions ? Quelles difficultés techniques cela a-t-il pu soulever, les questions spécifiquement typographiques de l’axe 2 rejouant ici pleinement ? En effet, les embarras typographiques peuvent conduire, d’un côté, à des processus de reconfiguration du rapport écriture/langue, par défaut souvent, passant, par exemple, par l’utilisation de caractères hébreux pour écrire l’arabe, ou arabes pour écrire le persan (sans les spécificités scripturales de cette langue) ; voire au recours aux caractères latins pour écrire toutes les langues, du guarani, sans système scripturaire antérieur, aux langues orientales, comme dans les projets inaboutis de « simplification des langues orientales », de Volney à la fin du XVIIIe siècle (Simon, à paraître) et jusqu’à ceux de Léon de Rosny (1837-1914), lui-même ouvrier typographe au départ, et son « alphabet international linguistique » en 1869.

    In fine, il s’agira de faire un retour sur les travaux de deux linguistes européens en particulier, Lorenzo Hervás y Panduro (1735-1809) et Wilhelm von Humboldt (1767-1835), en tant que penseurs, avec des enjeux différents pour l’un et l’autre, de la « diversité linguistique » (3.2). Plusieurs points communs semblent les réunir et les parallèles et différences méritent d’être approfondis. Hervás est un acteur majeur de la réception romaine des savoirs rapatriés par les jésuites, depuis l’ensemble du globe, et notamment depuis le Nouveau Monde, de manière plus ou moins forcée au moment de la suppression de la Compagnie. Certains participants ont travaillé sur son Catalogo de las lenguas et pourront prolonger son exploitation en cours de projet (Perrone 2014). Humboldt, quant à lui, est aussi, un temps, une figure centrale de la vie romaine (Bourguet 2017 à propos du carnet du voyage italien d’Alexandre von Humboldt en 1805) . Et le rapport aux langues américaines est primordial dans l’élaboration de son concept de « Weltansicht » (vision du monde), dont un des aiguillons est sa confrontation à la cargaison d’ouvrages rapportée de son voyage transatlantique par son frère Alexander. Il aboutit à la définition de ce que Jürgen Trabant a appelé le « projet Amérique » de Humboldt face au « projet Inde » d’autres linguistes (Trabant 2012). Il nous semble ainsi intéressant de prévoir, en fin de projet, en 2024-2025, un colloque international « Hervas et Humboldt, penseurs de la diversité linguistique », permettant de faire se rencontrer les spécialistes de ces deux auteurs.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search