Des Indes linguistiques (IndesLing)

Des Indes linguistiques est le carnet de recherche du programme ANR JCJC IndesLing. Ce programme de recherche vise à suivre les langues dans l’entièreté de leurs itinéraires, depuis les terrains de leurs collectes jusqu’aux ouvrages des linguistes européens les mobilisant, en passant par les imprimeries où elles sont manipulées par des typographes « orientalistes ».
Le terme « Indes » au pluriel du titre a été choisi pour marquer l’indécision des acteurs eux-mêmes face à la définition de ces langues, les fluctuations et phénomènes de superposition, de palimpseste, de quiproquo parfois, dans la lecture européenne des langues des Indes, c’est-à-dire de tous les territoires non-européens. Le programme se propose ainsi d’envisager comment d’un point de départ où ces Indes désignent aussi bien les « orientales » que les « occidentales » – l’Asie, l’Amérique mais aussi l’Afrique, voire certains espaces européens –, progressivement, dans le passage de la focale des Indes à l’Inde, au singulier, un prisme orientaliste semble peser, à partir du XVIIIe siècle en particulier, sur la lecture des langues du monde, non sans conséquence. Les langues africaines et américaines pourraient apparaitre alors comme des angles morts linguistiques dont le programme vise à déterminer plus exactement la position.

Une approche d’histoire des savoirs est privilégiée, et appliquée donc à l’étude d’un champ resté en grande partie en dehors de ses préoccupations jusque-là : celui des langues et des savoirs linguistiques. Deux grands objectifs guident les réflexions des membres du projet : le premier est de proposer une histoire, scientifique et technique, donc y compris matérielle, des savoirs linguistiques, permettant, en particulier, de contribuer au renouvellement actuel de l’histoire de l’« orientalisme » ; le second est d’envisager la diversité des acteurs impliqués dans l’élaboration de ces savoirs, au-delà des « savants linguistes », ou en collaboration plus ou moins conflictuelle avec eux.
Trois grands axes, Collecter/Imprimer/Penser les langues, structurent le projet : si l’un des points d’aboutissement est constitué par l’étude, à nouveaux frais, des ouvrages de deux grands penseurs de la diversité linguistique, Lorenzo Hervás y Panduro (1735-1809) et Wilhelm von Humboldt (1767-1835), il s’agit de voir comment les langues sont « pensées » déjà, et des savoirs linguistiques élaborés donc, dès les lieux de collecte, par des acteurs comme les missionnaires, ou dans les ateliers typographiques, point focal majeur du projet.
Le programme souhaite en effet se pencher en particulier sur ces ateliers comme de véritables lieux de savoir linguistiques, au sein desquels se croisent des acteurs aux identités diverses, philologues, typographes, interprètes, correcteurs… Y sont considérées comme « orientales » toutes les langues recourant aux alphabets non latins, du grec au syriaque en passant par l’arabe, le bengali ou encore le maya.
L’observatoire constitué par ces imprimeries permet ainsi de « désinvisibiliser » le rôle des « techniciens » (Shapin 1989) et de souligner leur part dans l’élaboration des savoirs linguistiques. Ces « laboratoires » apparaissent alors comme des « trading zones », des « arènes du savoir », ou, suivant la formule de Pamela O. Long, « the learned taught the skilled and the skilled taught the learned » (Long 2011). S’y nouent, autour des poinçons, matrices et caractères, des dialogues entre savants et praticiens, les premiers tenant entre autres, dans le cas parisien, la fonction d’« Inspecteur de la typographie orientale » et les seconds, notamment de prote, responsable de l’atelier.
L’exemple central, au cœur des études en cours de plusieurs membres du projet, est en effet celui de l’imprimerie « nationale » parisienne (en fait « royale », « de la république », « impériale » en fonction des contextes), dans ses connexions, parfois conflictuelles, avec d’autres ateliers européens, à Rome ou Florence en particulier. L’imprimerie parisienne apparaît comme un centre typographique majeur pour les « langues orientales » depuis le XVIIe siècle, formalisé par la mise en place d’un atelier dit « oriental » par un décret du 22 mars 1813. Le matériel typographique, et les archives, toujours conservés à l’Imprimerie actuelle, à Flers-en-Escrebieux (Douai), sont ainsi au centre des recherches et feront l’objet d’une exposition.

Le programme ANR IndesLing regroupe par conséquent une équipe pluridisciplinaire. Elle permet d’associer historien.ne.s, linguistes ou anthropologues, afin d’offrir un point de vue renouvelé sur la manière dont les langues extra-européennes ont pu être perçues, reçues dans des lieux de savoir variés, intégrées à différentes formes de savoirs linguistiques les reconfigurant.
Cette dimension collective est rendue probante par la complémentarité des approches : si les linguistes et spécialistes des langues orientales apportent leur expertise et leurs compétences linguistiques (avec des spécialistes du sanskrit (E. Aussant), du syriaque (M. Farina), du chinois (M. Bussotti) ou encore du guarani (C. Boidin et T. Brignon)), ils bénéficient, en retour, de la lecture des savoirs linguistiques par le prisme de leur matérialité, investie par les spécialistes d’histoire des savoirs scientifiques et techniques, mais aussi par les praticiens contemporains impliqués dans le projet.
Il est porté par le laboratoire du coordinateur du projet – Fabien Simon –, ICT (Identités, Cultures, Territoires), Université de Paris, mais en collaboration étroite avec d’autres laboratoires tels que HTL (Histoire des Théories linguistiques) représenté par plusieurs chercheurs, ainsi qu’avec d’autres collègues en France, et en particulier Michela Bussotti de l’EFEO, et à l’étranger, par exemple Giovanni Pizzorusso de l’université de Chieti.
Au-delà de cette équipe de chercheuses et chercheurs, sont aussi pleinement impliqués dans le projet les acteurs contemporains de l’Imprimerie Nationale/IN Groupe (structure privée à capitaux publics) : tant les responsables actuels de l’Atelier du livre d’art et de l’estampe, partie historique de l’Imprimerie (Marie Manuel de Condinguy, Lucile Théveneau, Fanny Legru ou encore Didier Barrière), que les « techniciens » contemporains, ou récemment retraités, de l’imprimerie, et en particulier les derniers typographies orientalistes de la mèche (promotion) Apollo de 1966, autour desquels un film documentaire est prévu.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search