Colloque L’eredità della Typographia Medicea. Progetti editoriali e circolazione di materiali tipografici fra XVII e XIX secolo (17-18 avril 2024, Florence)

Inscrit dans un cycle de trois rencontres, autour de différents pôles des circulations typographiques, après Le Caire en 2023 et avant Rome (EFR) en 2025, ce colloque se concentre sur la Typographia Medicea après son moment romain.

Il est organisé par Sara Fani (Università Alma Mater Bologna), Margherita Farina (Laboratoire HTL, UPCité – CNRS), Paolo La Spisa (Università degli Studi di Firenze) et Fabien Simon (Laboratoire ICT, UPCité)

Il convegno, organizzato nell’ambito del progetto ANR Des Indes linguistiques. Réceptions européennes des langues extra-européennes, élaboration et circulations des savoirs linguistiques (XVIe-XIXe siècle), diretto da Fabien Simon, affronta il tema della circolazione dei materiali tipografici (matrici e punzoni) appartenenti alla Typographia Medicea attraverso l’Europa e il Mediterraneo (prestiti, dispersioni, trasferimenti, imitazioni), a partire dalla morte del suo direttore G.B. Raimondi, avvenuta nel 1614. Gli interventi mettono in luce anche la fortuna culturale dell’impresa, in progetti di tipografie orientaliste ad essa ispirati, nell’opera di continuatori dei progetti scientifici di Raimondi e nell’uso fruttuoso della collezione di manoscritti raccolti da Raimondi ad uso della Medicea.

Programma

Mercoledì 17 aprile

Accoglienza partecipanti

14.30 Introduzione – Margherita Farina, Sara Fani, Fabien Simon, Paolo La Spisa

Moderatore – Gehrard Wolf (Direttore del Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut)

15.00 Annette Hoffmann (Kunsthistorisches Institut Florenz – Max-Planck-Institut) – Alle Stelle Medicee: Verso la seconda edizione del trattato di Bernardo Amico sulla Terra Santa.

15.40 Paolo La Spisa (Università degli Studi di Firenze) – Vittorio Accurense e il suo ruolo politico culturale dopo G. B. Raimondi.

16.20 Pausa caffè

Moderatore – Antonella Brita (Università degli Studi di Firenze)

16.40 Marco Callegari (Museo Bottacin, Padova) – La Tipografia del Seminario di Padova e le sue edizioni con caratteri “orientali”: dalla fondazione di san Gregorio Barbarigo (1684) alle opere di Simone Assemani (1787-1792).

17.20 Pier Giorgio Borbone (Università di Pisa) – Sul destino dei caratteri siro-orientali del “negotio chaldeo” della Typographia medicea.

18.00 Margherita Farina (CNRS, UPCité) – Tre testi siriaci stampati al Seminario di Montefiascone

Giovedì 18 aprile

Moderatore – Rolando Minuti (Università degli Studi di Firenze)

9.30 Emanuele Giusti (Università degli Studi di Firenze) – Condizioni e contesti della fortuna storiografica della Tipografia Medicea: orientalismi a Firenze ca. 1750–1850.

10.10 Lucia Raggetti (Università Alma Mater Bologna) – More Powder to the Egyptians! When an All-Healing Remedy Hits an Arabic Press.

10.50 Pausa caffè

Moderatore – Francesca Gallori (Direttrice della Biblioteca Medicea Laurenziana)

11.20 Fabien Simon (Université Paris Cité) – To the capital of the Empire, then back home: the journeys of the “Collection des Medicis” between Paris and Florence, 1811-1815-1818.

12.00 Sara Fani (Università Alma Mater Bologna) – “Fior di pensieri sulle pietre preziose”: il singolare caso editoriale di un trattato arabo del XIII sec. nella Firenze della Restaurazione.

12.40 Pranzo libero

14.30 Visita ai materiali della Typographia Medicea presso la Biblioteca Medicea Laurenziana (posti limitati, per prenotazioni contattare margherita.farina@cnrs.fr)

Link Zoom valido per i due giorni:

https://cnrs.zoom.us/j/94216053939?pwd=RzNldmhxTmRtbzdBMjlZdXE2akxuUT09

Colloque international – Orients typographiques. Imprimer les langues orientales, entre Europe(s) et Orient(s), XVIe-XIXe siècle

12-15 décembre 2023, Paris (EFEO, IEA, Université Paris Cité)

Ce colloque international réunit des chercheuses et chercheurs – historien.ne.s, typographes, linguistes… – dont les travaux portent sur la manière dont les langues orientales ont été imprimées, en divers lieux, entre le XVIe et le XIXe siècle, et sur les enjeux techniques, sociaux, politiques ou culturels de ces pratiques.

Trois thèmes principaux, bien que non exclusifs, pourront guider les réflexions. Le premier concerne les mobilités techniques. Les techniques (xylographie, typographie, lithographie, monotype, linotype…) sont en effet « traduites », c’est-à-dire acclimatées et donc transformées, en fonction des contextes. Or, selon les points de vue, qu’est-ce qui constitue une « bonne » écriture orientale imprimée et quels gestes ont présidé à sa réalisation ? Comment les acteurs du monde de l’écrit, qu’il soit manuscrit ou imprimé, pouvaient-ils, ou non, dialoguer ? Concernant la typographie, comment les poinçons (ou types), avec leurs exigences techniques et leurs spécificités (la diversité des caractères en chinois, les ligatures en arabe ou en persan, les points ou accents à associer à certaines lettres…), ont pu circuler et être réadaptés en différents lieux, parfois sur le temps long ?

Accompagnant ce matériel typographique, les acteurs susceptibles de le mettre en branle ont également circulé. Il s’agira d’aborder les ateliers typographiques et les projets éditoriaux qu’ils lancent comme de véritables entreprises collectives et collaboratives impliquant une grande variété d’acteurs aux identités sociales diverses et fluides. L’observatoire que constituent les ateliers d’imprimerie fait ressortir le rôle essentiel des praticiens et des « techniciens » dans l’élaboration des savoirs linguistiques. L’étude de ces ateliers permet d’explorer la matérialité des écrits orientalistes afin de reconstituer leurs processus de fabrication, d’envisager la manipulation effective des langues à travers leurs écritures et leurs caractères. Les imprimeries apparaissent, par conséquent, comme de véritables « lieux de savoir », où interagissent, entre collaboration et tensions, philologues, imprimeurs, graveurs, compositeurs, interprètes, correcteurs…

Enfin, nous tenterons, au cours du colloque, d’affiner la géographie de ces ateliers spécialisés dans les impressions en langues orientales en insistant sur l’importance et les effets des localisations, entre l’Europe et l’Orient : le rôle des ports et de leurs communautés diasporiques ; ou encore l’importance des métropoles, et de leur cosmopolitisme aux contours fluctuants… La définition même de ce que sont, dans ces contextes variés, les « langues orientales » – et l’« Orient » lui-même ? – peut être interrogée à partir des ateliers et de leur organisation : se limitent-elles parfois aux langues « bibliques », avec des périmètres variables ? Englobent-elles sinon toutes les langues non européennes, ou plutôt toutes celles en caractères « non latins » ? Finalement, cette topographie de la typographie orientale permet-elle de repenser la géographie des « orientalismes » ? A l’échelle locale, d’une part, les ateliers sont reliés à d’autres lieux et institutions à prendre en considération. À l’échelle globale, les différents centres d’impression, en Europe ou en Orient, collaborent ou se concurrencent : peut-on, par exemple, parler d’un impérialisme typographique et quels en ont été les contours selon les contextes ?

Comité d’organisation :

Michela Bussotti (EFEO) ; Margherita Farina (CNRS/Université Paris Cité); Fabien Simon (Université Paris Cité)

Contact

fabien.simon@hotmail.fr

Un lien zoom sera disponible sur demande pour suivre le colloque à distance

Inscription obligatoire uniquement pour la journée du 13 décembre 2023 à l’IEA de Paris

Colloque international « L’imprimerie et l’Egypte. Circulations typographiques méditerranéennes durant le long XIXe siècle » – IFAO, Le Caire, 26-27 avril 2023

Photo Shady Williams

 

Le colloque « L’imprimerie et l’Egypte. Circulations typographiques méditerranéennes durant le long XIXe siècle », organisé en collaboration avec l’IFAO, s’inscrit dans le cadre de l’ANR « Des Indes linguistiques » (2021-2025).

Elle est la première d’un cycle de trois rencontres, centrées chacune sur un pôle de ces circulations, les prochaines journées ayant lieu à Florence (Biblioteca Laurenziana, avril 2024) et Rome (avec la collaboration de l’EFR, juin 2024).

Le cas égyptien est particulièrement intéressant vis-à-vis de ces circulations, et ce au cours de trois grands moments, au cœur de ce colloque, tournés chacun vers des questions typographiques différentes, et permettant d’interroger les effets concrets de ces mobilités techniques et humaines.

Le premier est celui de l’Expédition d’Egypte (1798-1801) et de ses prolongements. Une imprimerie est installée, au cours de l’Expédition, à Alexandrie puis au Caire, et conduit à un transfert de poinçons, arabes en particulier, et de typographes, parisiens mais également romains. Les effets de cette expérience typographique s’inscrivent dans le temps long. A Paris, d’un côté, où les acteurs « égyptiens », dans leur diversité, jouent un rôle fondamental, à leur retour, dans la structuration de l’« atelier oriental » de l’imprimerie « nationale » : de Jean-Joseph Marcel (1776-1854), nommé directeur de l’Imprimerie impériale, et qui participe à l’entreprise éditoriale au long cours de la Description de l’Egypte, coordonnée par Jomard ; au « Réfugié égyptien », Mikhel Sabbagh (1784-1816), collaborateur de l’orientalisme européen, qui travaille un temps à l’imprimerie. Au Caire, d’un autre côté, la fondation des presses de Būlāq en 1821 repose aussi sur une expertise construite de part et d’autre de la Méditerranée. Niqula al-Masabiki (m. 1830) est ainsi passé durant quatre années par Milan ; quant à Raphaël Anṭūn Zaḫūr Rāhib, dit dom Raphaël de Monachis (1749-1825), membre, lui, de l’Institut d’Egypte au cours de l’Expédition, il s’installe ensuite, un temps, à Paris, où il occupe la chaire d’arabe vulgaire à l’École des langues orientales, avant son retour au Caire. Ces échanges sont prolongés, ensuite, par la première « mission égyptienne » de 1826, constituée par Méhémet Ali (r. 1805-1848), et accueillie par Jomard (1777-1862).

Pour partie prolongement également de l’Expédition, puisque c’est en 1799-1800 que la pierre de Rosette avait été découverte et que Marcel en avait prélevé une empreinte, le deuxième moment d’échanges nourris concerne les hiéroglyphes. Le déchiffrement de 1822 se fait avant que Champollion n’ait parcouru l’Egypte, ce qu’il ne réalise qu’en 1828. Les sources rapportées de Haute-Egypte sont imprimées à Paris au retour. Les documents conservés, dans différents fonds d’archives, permettent de reconstituer en détails le passage des relevés sur les monuments aux dessins des hiéroglyphes et à leur version imprimée : lithographique, avec la Grammaire égyptienne éditée par Didot (1836) ; ou typographique, grâce à l’utilisation des poinçons hiéroglyphiques de l’Imprimerie royale. Ces derniers sont dessinés entre 1842 et 1852 par Dubois et Devéria et gravés par Delafond et Ramé fils.

De nouveaux poinçons sont réalisés, plus tard, au Caire-même, et ce colloque sera l’occasion, enfin, d’insister sur le moment de la mise en place, à partir de 1898, des presses de l’IFAO. Emile Chassinat (1868-1948), lui-même ancien compositeur orientaliste à l’Imprimerie nationale, est à la manœuvre et incarne ces échanges récurrents ensuite avec l’imprimerie parisienne, de matériel et de personnel, durant un siècle.

Le colloque offrira l’opportunité de visiter cet ancien atelier typographique « plomb », récemment restauré.

Lien zoom pour le suivre à distance : https://us02web.zoom.us/j/87554481217?pwd=UlNoR0JpU2lYMG8rbFRFR1VYQ3NOUT09

Programme du Colloque

Mercredi 26 avril

14h

Mot d’accueil d’Abbès Zouache, directeur des études de l’IFAO

Introduction Fabien SIMON (ICT-Les Europes dans le monde, Université Paris Cité)

Présidence Malak Labib (membre scientifique de l’IFAO)

14h30 Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré/EHESS-CNRS-MNHN)

« Les imprimeries françaises de l’expédition d’Egypte : matériels, acteurs et productions de la typographie orientale »

15h15 Paul-Marie Grinevald (ancien conservateur de la bibliothèque de l’Imprimerie nationale) (à distance)

« Jean-Joseph Marcel et la Description de l’Égypte »

Pause café

16h15 Fabien Simon (ICT-Les Europes dans le monde, Université Paris Cité)

« L’Egypte à Paris : prolongements typographiques de l’Expédition d’Egypte (1801-1826) »

17h00 Ahmed Mansour (Directeur du Writing and Scripts Center, Bibliotheca Alexandrina)

« History of Arabic Printing: Views from the West and the East (with special focus on the Bulaq Press) »

Jeudi 27 avril

Présidence Magdi Guirguis (Université de Kafr el-Cheikh)

9h30 Titus Nemeth (créateur de caractères, typographe et chercheur indépendant)

« A closer look at the second fount used at Būlāq in the mid-nineteenth century: towards the systematic investigation of historical Arabic foundry types »

10h15 Vanessa Desclaux (chargée de collections Proche et Moyen-Orient, service des manuscrits orientaux, BNF)

« Imprimer l’Egypte de Champollion : données nouvelles autour des fonds Didot de la Bibliothèque de l’Arsenal »

Pause café

11h20 Pierre Fournier (UPR Projekt, Université de Nîmes et LabEx Archimede, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

« Le contour des hiéroglyphes : 1842-1852 »

12h05 Jordan Slimani (Université Paris Cité)

« L’imprimerie de l’IFAO et l’Imprimerie nationale : circulations de matériel, d’acteurs et de savoir-faire linguistiques et techniques (XIXe-XXe siècles). »

Déjeuner

14h30

Visite et démonstration de l’atelier typographique de l’IFAO

 

Journée d’étude Enquêtes linguistiques, XVIe-début XXe siècle

Cette journée d’étude internationale mettra au centre des réflexions de ses participants les « enquêtes linguistiques ». Elles seront abordées à travers différentes études de cas, sur un arc chronologique volontairement large, du XVIe au début du XXe siècle, afin d’en observer les figures récurrentes, les différences et les évolutions. Comment enquête-t-on sur les langues et dans quels buts, en fonction des contextes ? La variété desdits contextes, temporels et spatiaux, permettra de passer de la Nouvelle Espagne des années 1570, arpentée au cours de l’enquête de Francisco Hernandez, fasciné par les langues locales, et en particulier le nahuatl, à la dimension linguistique de la mission Dakar-Djibouti du début des années 1930, ou à la cartographie de la pléthore des idiomes indiens dressée, à partir de la fin du XIXe siècle, par George Abraham Grierson dans le cadre de la Linguistic Survey of India, en passant, entre autres, par l’enquête sur les langues du monde lancée par Catherine II de Russie au XVIIIe siècle, ou celle sur les langues et dialectes français menée par Coquebert de Montbret (1806-1812). Cette dernière entreprise, mais aussi celle de l’abbé Grégoire autour des patois de l’an II, permet de confronter l’attitude vis-à-vis des langues du monde et celle face aux langues des « Indes de l’intérieur » (en France – breton, basque… – et ailleurs en Europe).

Quels sont les enjeux, politiques en particulier, de telles entreprises linguistiques, exclusivement dédiées aux langues, ou parties intégrantes, parfois, d’enquêtes administratives ou naturalistes plus vastes ? Quels en sont les commanditaires (gouvernements, administrations, sociétés savantes etc.) et quels en sont les agents (commissaires dûment mandatés, naturalistes ou missionnaires dont ce n’est qu’une tâche parmi d’autres…) ? Servent-elles, par exemple, en tant qu’instruments de maîtrise linguistique d’un territoire, aux accents impériaux ou coloniaux, à mieux faire disparaître les langues extra-européennes dans le cadre d’une politique linguistique hégémonique, « glottophagique » ; ou visent-elles, au contraire, à intégrer ces langues, mieux connues grâce à ces instruments de savoir, pour en faire des idiomes de l’Empire au même titre que ceux exportés d’Europe ?

Quelles sont, par ailleurs, les dimensions pratiques de ces enquêtes ? Quelles formes y prend la collecte des langues ? A partir de quels échantillons ou artefacts linguistiques, supports variés pour prélever tel ou tel parler (mots de vocabulaire, Notre Père, parabole de l’Enfant prodigue, chansons, inscriptions etc.) ? Où l’enquête se fait-elle : sur le terrain, auprès des populations autochtones ; à distance, via un réseau de correspondants, répondant à des instructions plus ou moins précisément définies ; ou, par procuration, dans des livres ? Quels questionnaires, imprimés ou manuscrits, guident les enquêtes en amont et quels types de productions sont attendues en aval (cartes, outils linguistiques – dictionnaires etc. –, statistiques…) ?

Autant de questions, parmi bien d’autres encore, qui pourront guider les réflexions au cours de la journée.

9h15 Fabien Simon (ICT, Université Paris Cité), Introduction

Présidence Chloé Laplantine (HTL, Université Paris Cité) 

9h40 Toon Van Hal (KU Leuven), Leibniz, les langues du monde et la langue scythique 

10h20 Thomas Brignon (Framespa, Université Toulouse Jean Jaurès), De Buenos Aires à Madrid sans passer par Saint-Pétersbourg ? Le Catecismo en guaraní y castellano de fray José Bernal (1789), l’expédition Mutis et l’enquête de Catherine II de Russie 

11h00 Pause café 

11h20 Jean-Baptiste Lamontre (HTL, Université Paris Cité), De l’Évangile à l’Empire : pourquoi et comment documenter les vernaculaires dans les Indes britanniques au XIXe siècle

12h Cécile Van den Avenne (EHESS, IMAF (Institut des Mondes Africains))Collecter les objets et les langues. La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933)  

12h45 Pause déjeuner 

Présidence Marie-Noëlle Bourguet (ICT, Université Paris Cité) 

14h20 Samir Boumediene (CNRS, IHRIM, Villa Medicis), Les langues comme manières de vivre. A propos de quelques usages de l’enquête entre l’Amérique et l’Europe (1570-1790) 

15h Jean-Luc Chappey (IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Connaître les peuples par les langues au début du XIXe siècle 

15h40 Pause café 

16h00 Sven Ködel (Institut historique allemand, Paris), L’enquête linguistique sur les parlers de l’Empire napoléonien (1806-1812) : méthode, acteurs, réseaux 

16h40 Paul Cohen (University of Toronto) [à distance], L’Histoire sociale d’une courbe d’apprentissage linguistique.  Missionnaires français et langues amérindiennes en Nouvelle France, XVIIe -XVIIIe siècles 

Le Notre Père, outil linguistique et objet de savoirs

Affiche JE Le Notre Père, outil linguistique 20 mai 2022 Programme JE Le Notre Père, outil linguistique (20 mai)

Les participants à cette journée d’études internationale se proposent de mettre au centre des réflexions le « Notre Père », abordé dans sa dimension textuelle, matérielle, à la fois en tant qu’outil linguistique et objet de savoirs.

La prière, avec ses sept versets, est tirée des Evangiles, de Mathieu (Mt 6, 9-13) et de Luc (dans une version plus brève encore, Lc 11,1-4). Court, le texte n’en est pas moins riche. D’une richesse liée à ses sens et interprétations multiples, l’ayant conduit à être remis sans cesse sur l’atelier des traducteurs ; une richesse liée également à ses usages diversifiés, bien au-delà du seul contexte religieux. Sera donc étudié le caractère éminemment protéiforme de l’oraison dominicale et de ses utilisations, dans ses dimensions linguistique, savante, sociale et politique, et en particulier à travers les transformations qu’elle subit au cours de ses circulations.

Le Pater Noster fait partie de ces textes comprenant des « intraduisibles », que l’on « n’a jamais cessé de (ne pas) traduire » (B. Cassin). Ils sont visibles dans les traductions depuis l’hébreu et le grec vers le latin puis vers les langues vernaculaires européennes. Mais l’oraison s’intègre aussi au corpus des premiers textes traduits, avec le « Credo », le « Je vous salue Marie » ou encore les « Articles de la foi », dans les catéchismes et doctrines des territoires nouvellement évangélisés, à partir du XVIe siècle. Il est un des premiers extraits des Ecritures par lequel les traducteurs, missionnaires et autochtones, se confrontent aux problèmes de la traduction de la doctrine chrétienne dans des langues diverses. Cela le constitue par conséquent en un outil linguistique privilégié, et ce à plusieurs niveaux.

Le premier prend donc place sur les terrains missionnaires, dont les interventions de la journée présenteront des exemples tant indiens qu’américains. Comment le texte y est-il trituré, découpé pour être traduit, ligne à ligne, mot à mot, en intégralité ou en y laissant des termes en langues européennes, voire en latin ? Comment, dans certains cas, la traduction y prend-elle des formes intersémiotiques, recourant aux images, avec de possibles emprunts à des systèmes d’écriture logographiques, voire en matérialisant la prière sous forme d’objets, mnémotechniques ? Comment, autour du texte, se rassemblent missionnaires et missionnés, et quels échanges s’y nouent ? L’oraison apparaît ainsi également, à travers ces interactions sociales, comme un instrument utilisé par les Européens pour apprendre la langue du pays de la mission, et le texte retrouve d’ailleurs à cette occasion une autre de ses facettes, celle d’exemple récurrent des manuels d’apprentissage de la lecture.

Par ailleurs, la prière circule depuis ces terrains vers les cabinets européens, avec parfois des allers-retours entre ces deux types d’espaces. Disponible dans des idiomes divers, elle se transforme en effet, dès le XVIe siècle, en un des échantillons de choix de la collecte des langues. Du Mithridates de Conrad Gessner en 1555 au Mithridates d’Adelung et Vater en 1806-1817, en passant par les ouvrages de Megiser, Duret, Müller, Schultze etc., le texte est érigé en outil de comparaison des langues. Il devient objet de collection, échangé d’un texte à l’autre, repris d’une collection de Notre Père à l’autre, imprimé, découpé, copié-collé… Et alors que les auteurs tentent aussi, quand ils le peuvent, de se procurer l’échantillon le plus rare au sein d’accumulations d’oraisons de plus en plus touffues. La journée sera l’occasion, à travers plusieurs études de cas, d’aborder en détails ces collections.

Colloque Documenter et décrire les langues d’Asie : Histoire et épistémologie (SHESL 2022), du 26 au 28 janvier 2022

Plusieurs membres du projet ANR participent au Colloque 2022 de la SHESL, dans l’organisation duquel l’ANR IndesLing est impliquée.

Ce colloque (sous la responsabilité scientifique de la SHESL, HTL, ICT et Pays germaniques) propose d’aborder, d’un point de vue historique et/ou épistémologique, les activités de documentation et de description des langues d’Asie. « Asie » est à prendre ici dans l’acception large que lui donne la Société asiatique, c’est-à-dire en tant que désignant une zone allant du Maghreb à l’Extrême-Orient.

Par « activités de documentation et de description des langues d’Asie » nous entendons :

– d’une part, la collecte de données linguistiques, sous toutes ses formes (listes de mots, constitution d’archives, de fonds, « linguistic survey », questionnaires, enregistrements audio et/ou vidéo, corpus, bases de données, etc.) ;

– d’autre part, l’élaboration d’outils permettant de représenter, en synchronie ou en diachronie, une langue : systèmes d’écriture, grammaires, dictionnaires monolingues, lexiques, instruments de traduction (par ex. les dictionnaires bi- ou trilingues), manuels, traités de poétique, de rhétorique, etc. 

Toute connaissance relative aux langues d’Asie sera envisagée comme une réalité historique, c’est-à-dire comme un acte de savoir mis en œuvre par des instances ancrées dans un « ici », un « maintenant », un « horizon de rétrospection » voire un « horizon de projection » (Auroux 1989 : 13). Il sera donc question d’étudier les formes diverses qu’ont revêtues, dans le temps, le savoir linguistique et les pratiques de documentation relatifs aux langues d’Asie, de même que les évolutions ou transformations de ces formes, et ce, dans une perspective fondamentalement réflexive.

Dans ce cadre, le colloque accueillera des communications portant sur :

– les « acteurs » de la documentation/description des langues d’Asie (et leur environnement culturel), qu’il s’agisse de personnes (lettrés/savants d’Asie, missionnaires, orientalistes, philologues, grammairiens, linguistes, traducteurs, etc.) ou d’institutions (Fort William College de Calcutta, etc.) ;

– les projets ou entreprises liés à la documentation/description des langues d’Asie : fondation d’institutions (sociétés asiatiques de différents pays occidentaux, congrès, Instituts français au Proche et Moyen-Orient, etc.), réalisation de projets à grande échelle (comme le Linguistic Survey of India) ;

– les méthodes et stratégies mises en œuvre dans l’apprentissage des langues orientales : interactions avec les lettrés locaux, appui sur les traditions savantes asiatiques, mythe et réalité des démarches « autodidactes » de savants européens, accès au matériel permettant la connaissance des langues (collections de manuscrits et leur circulation, bibliothèques…) ; appui sur une langue asiatique déjà connue pour accéder à une autre (par ex. mandchou et chinois, chinois et japonais, sanskrit et persan) ;

– les arrière-plans théoriques de la documentation/description des langues d’Asie : recours à des catégories descriptives occidentales ou incorporation dans les travaux européens de catégories « indigènes » ; extension du modèle gréco-latin aux langues asiatiques ou d’une langue asiatique vers d’autres (phénomène des « grammaires étendues », cf. Auroux 1989 et 1994, Aussant 2017, Guillaume 2020) ; stratégies adoptées face aux phénomènes difficiles à traiter, points aveugles des descriptions, etc. ;

– les méthodologies de la documentation/description des langues d’Asie : les différents types de grammaires/dictionnaires/manuels, transcription, traduction, annotation, etc. ;

– les objectifs de la documentation/description des langues d’Asie : institution d’une langue, organisation et régulation d’une langue littéraire, développement d’une politique d’expansion linguistique à usage interne ou externe, apprentissage d’une langue, recensement, cartographie, préservation de langues en danger, intérêt culturel, etc. ;

– les outils et modalités de la transmission des savoirs relatifs aux langues d’Asie (usages didactiques et pratiques concrètes d’enseignement : traduction interlinéaire, répétition, etc.).

Ce colloque proposera donc de mettre au cœur des réflexions une analyse fine du savoir linguistique produit, dans et hors d’Europe, sur les langues asiatiques, tout en étant attentif à l’importance des contextes de production et de circulation de ces savoirs. Il s’agira ainsi de préciser la manière dont les savoirs sont conditionnés, plus ou moins directement, par les identités complexes des acteurs et des institutions au sein desquelles ils sont élaborés. Et d’interroger par conséquent la catégorie même de « langue asiatique », en Asie/Orient (y existe-t-elle ?), et en Europe, notamment à travers la catégorie omniprésente de « langues orientales », dont les différentes déclinaisons pourront être envisagées (langues de l’exégèse biblique, langues de la diplomatie et du commerce, etc.).

Références
Auroux, Sylvain, 1989. « Introduction », dans Auroux, Sylvain (éd.), Histoire des idées linguistiques, Tome 1 : La naissance des métalangages en Orient et en Occident, Liège, Mardaga, p. 13-37.

Auroux, Sylvain, 1994. La révolution technologique de la grammatisation – Introduction à l’histoire des sciences du langage, Liège, Mardaga.

Aussant, Émilie (dir.), 2017. « La Grammaire Sanskrite Étendue » (numéro thématique/thematic issue), Histoire Épistémologie Langage 39.2.

Dew, Nicholas, 2009. Orientalism in Louis XIV’s France, Oxford, Oxford University Press.

Engberts, Christiaan, Paul, Hermann, 2019. Scholarly personae in the history of orientalism 1873-1930, Leiden, Brill.

Espagne, Michel, Lafi, Nora et Rabault-Feuerhahn, Pascale (dir.), 2014. Silvestre de Sacy : le projet européen d’une science orientaliste, Paris, les Éditions du Cerf.

Guillaume, Jean-Patrick (dir.), 2020. « La Grammaire Arabe Étendue » (numéro thématique/thematic issue), Histoire Épistémologie Langage 42.1.

Kornicki, Peter Francis, 2018. Languages, scripts, and Chinese texts in East Asia, Oxford, Oxford University Press.

Larzul, Sylvette & Messaoudi, Alain, 2013. Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Éditions de la BNF.

Messaoudi, Alain, 2015. Les Arabisants et la France coloniale : savants, conseillers, médiateurs, 1780-1930, Lyon, ENS Éditions.

Messling, Markus, 2012. Champollions Hieroglyphen. Philologie und Weltaneignung, Berlin, Kulturverlag Kadmos.

Pollock, Sheldon, Elman, Benjamin A. & Chang, Kevin Ku-Ming, 2015. World Philology, Cambridge, London, Harvard University Press.

Rabault-Feuerhahn, Pascale, 2008. L’archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du XIXe siècle, Paris, Les Éditions du Cerf.

Raj, Kapil, 2007. Relocating Modern Science: Circulation and the Constitution of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke, Palgrave MacMillan.

Xavier, Angela Barreto & Zupanov, Ines G., 2015. Catholic Orientalism: Portuguese Empire, Indian Knowledge (16th-18th centuries), New Delhi, Oxford University Press.

Zwartjes, Otto & Hovdhaugen, Even (dir.), 2004. Missionary linguistics: selected papers from the First international conference on missionary linguistics, Oslo, 13-16 March 2003, Amsterdam – Philadelphie, J. Benjamins.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search