Vendredi 2 décembre 2022 – Séance “Typographie : pratique, histoire, patrimoine” du séminaire “L’Expérience des techniques : collections, reconstitutions, savoirs, et savoir-faire”

Ce séminaire se propose de réfléchir à la place des techniques en histoire des savoirs, à travers l’étude des collections techniques (constitution, classement, dispositifs d’exposition, restauration) et des artefacts, en considérant le rôle de la matérialité et du geste dans la recherche et dans la transmission des connaissances.

La séance du vendredi 2 décembre, 15h30-18h30, sera consacrée à la typographie, entre pratique, arts de faire et patrimoine, autour de deux interventions :

Pierre Fournier (UPR Projekt, Université de Nîmes et LabEx Archimede, Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La typographie hors de l’histoire, espace de nouvelles subjectivités »

Aurélien Vret (Bibliothèque de l’Arsenal, BnF), « La regravure des poinçons pour la restauration des typographies des fonderies de caractères »

Lieu : Université Paris Cité, bâtiment Halle aux Farines, salle 574F (5e étage par l’escalier F)

Org. : Liliane Hilaire-Pérez (Univ. Paris Cité ICT/EHESS Centre Koyré) ; Fabien Simon (Univ. Paris Cité, ICT) ; Marie Thébaud-Sorger (CNRS, Centre Koyré)

Master Histoire, Civilisations, Patrimoine de l’Université Paris Cité ; Parcours de Master « Histoire des sciences, des techniques et des savoirs » de l’EHESS

Photo copyright Nelly Gable

Toon van Hal, professeur invité

Toon van Hal, KU Leuven (https://www.kuleuven.be/wieiswie/en/person/00041239), est professeur invité (HTL/ICT) à l’Université Paris Cité, entre mi-mai et mi-juin. Il présentera divers aspects de ses travaux au cours de quatre interventions, dans le cadre de séminaires ou de journées d’études.

Vendredi 20 mai, journée d’étude “Le Notre Père, outil linguistique et objet de savoirs” (Bât. Halle aux farines, salle 578F, 9h-18h)

Réceptions de la collection d’oraisons d’Andreas Müller (1680)

En 1680, l’érudit excentrique Andreas Müller publia un recueil de près de 100 traductions du Notre Père. Avec cet ouvrage, Müller ressuscite un genre qui, après de premiers travaux de Theodor Bibliander et Conrad Gesner dès le milieu du XVIe siècle, avait donné lieu à une première publication indépendante vers 1600 par Hieronymus Megiser. Dans cette conférence, un bref examen de la collection de Müller sera suivi d’une analyse de trois copies annotées, qui contiennent des ajouts et des révisions par des membres du réseau de Müller : Hiob Ludolf, Christian Mentzel et Mathurin Veyssière de la Croze.

-Mercredi 25 mai, séminaire HTL (Bât. Sophie Germain, salle 1014, 14h-17h)

Les grammaires ‘wendat’ de Pierre-Philippe Potier (1708-1781)

Cette conférence porte sur les Elementa grammaticae Huronicae, une grammaire missionnaire du XVIIIe siècle rédigée par le jésuite Pierre-Philippe Potier (1708-1781) décrivant la langue huronne, aujourd’hui appelée wendat. À la suite d’une édition récente de cet ouvrage (publiée en Open Access à l’Universitätsverlag Potsdam), que nous présenterons brièvement, nous examinerons cet ouvrage dans la perspective de la “grammaire latine étendue”. D’autres questions seront également abordées : dans quelle mesure est-il possible de distinguer la contribution de Potier de ses prédécesseurs ? Comment devons-nous comprendre la relation entre les versions manuscrites existantes et les versions manuscrites perdues ? Quels sont les défis auxquels les historiens de la linguistique missionnaire du XVIIIe siècle sont confrontés, et quelles responsabilités cela implique-t-il ?

-Vendredi 3 juin, séminaire HTL (Bât. Sophie Germain, salle 1001, 14h-17h)

La comparaison linguistique prémoderne et l’importance des similarités morphologiques

En 1816, Franz Bopp surprend la communauté scientifique avec un ouvrage novateur intitulé Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache. Plutôt que d’étudier la parenté linguistique en se fondant sur les ressemblances lexicales, Bopp met l’accent sur l’importance des similitudes récurrentes au niveau des flexions verbales. Le passage du lexical au morphologique fut considéré comme une étape majeure, sinon décisive, dans le développement de la linguistique en tant que discipline académique à part entière. Les idées de Bopp ne tombaient pourtant pas du ciel. Deux ans avant la parution de la monographie de Bopp en 1816, Rasmus Rask était couronné pour son essai Undersøgelse om det gamle Nordiske eller Islandske Sprogs Oprindelse, publié quatre ans plus tard. La méthodologie de Rask était similaire à celle de Bopp. Cette communication examinera dans quelle mesure la comparaison des traits morphologiques dans le but d’établir des liens généalogiques fut un phénomène exclusif du XIXe siècle. On montrera que dès le XVIe siècle, il existe des tentatives d’incorporation des caractéristiques morphologiques dans les recherches comparatives, tant au niveau programmatique, ou théorique, qu’au niveau pratique.

-Samedi 11 juin, journée d’étude “Enquêtes linguistiques, XVIe-début XXe siècle” (Bât. Halle aux farines, salle 578F, 9h-18h)


Leibniz, les langues du monde et la langue scythique

Dans les dernières décennies de sa vie, Gottfried Wilhelm von Leibniz a développé un intérêt prononcé pour les langues du monde et a tenté de lancer un programme de recherche collectif à grande échelle pour réunir des spécimens de langues. Pourtant, certaines régions et certaines langues ont été considérées avec plus d’attention que d’autres. Dans cette conférence, nous examinerons pourquoi Leibniz a développé un intérêt spécial pour les Scythes et la langue scythique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search