Journée d’étude Enquêtes linguistiques, XVIe-début XXe siècle

Cette journée d’étude internationale mettra au centre des réflexions de ses participants les « enquêtes linguistiques ». Elles seront abordées à travers différentes études de cas, sur un arc chronologique volontairement large, du XVIe au début du XXe siècle, afin d’en observer les figures récurrentes, les différences et les évolutions. Comment enquête-t-on sur les langues et dans quels buts, en fonction des contextes ? La variété desdits contextes, temporels et spatiaux, permettra de passer de la Nouvelle Espagne des années 1570, arpentée au cours de l’enquête de Francisco Hernandez, fasciné par les langues locales, et en particulier le nahuatl, à la dimension linguistique de la mission Dakar-Djibouti du début des années 1930, ou à la cartographie de la pléthore des idiomes indiens dressée, à partir de la fin du XIXe siècle, par George Abraham Grierson dans le cadre de la Linguistic Survey of India, en passant, entre autres, par l’enquête sur les langues du monde lancée par Catherine II de Russie au XVIIIe siècle, ou celle sur les langues et dialectes français menée par Coquebert de Montbret (1806-1812). Cette dernière entreprise, mais aussi celle de l’abbé Grégoire autour des patois de l’an II, permet de confronter l’attitude vis-à-vis des langues du monde et celle face aux langues des « Indes de l’intérieur » (en France – breton, basque… – et ailleurs en Europe).

Quels sont les enjeux, politiques en particulier, de telles entreprises linguistiques, exclusivement dédiées aux langues, ou parties intégrantes, parfois, d’enquêtes administratives ou naturalistes plus vastes ? Quels en sont les commanditaires (gouvernements, administrations, sociétés savantes etc.) et quels en sont les agents (commissaires dûment mandatés, naturalistes ou missionnaires dont ce n’est qu’une tâche parmi d’autres…) ? Servent-elles, par exemple, en tant qu’instruments de maîtrise linguistique d’un territoire, aux accents impériaux ou coloniaux, à mieux faire disparaître les langues extra-européennes dans le cadre d’une politique linguistique hégémonique, « glottophagique » ; ou visent-elles, au contraire, à intégrer ces langues, mieux connues grâce à ces instruments de savoir, pour en faire des idiomes de l’Empire au même titre que ceux exportés d’Europe ?

Quelles sont, par ailleurs, les dimensions pratiques de ces enquêtes ? Quelles formes y prend la collecte des langues ? A partir de quels échantillons ou artefacts linguistiques, supports variés pour prélever tel ou tel parler (mots de vocabulaire, Notre Père, parabole de l’Enfant prodigue, chansons, inscriptions etc.) ? Où l’enquête se fait-elle : sur le terrain, auprès des populations autochtones ; à distance, via un réseau de correspondants, répondant à des instructions plus ou moins précisément définies ; ou, par procuration, dans des livres ? Quels questionnaires, imprimés ou manuscrits, guident les enquêtes en amont et quels types de productions sont attendues en aval (cartes, outils linguistiques – dictionnaires etc. –, statistiques…) ?

Autant de questions, parmi bien d’autres encore, qui pourront guider les réflexions au cours de la journée.

9h15 Fabien Simon (ICT, Université Paris Cité), Introduction

Présidence Chloé Laplantine (HTL, Université Paris Cité) 

9h40 Toon Van Hal (KU Leuven), Leibniz, les langues du monde et la langue scythique 

10h20 Thomas Brignon (Framespa, Université Toulouse Jean Jaurès), De Buenos Aires à Madrid sans passer par Saint-Pétersbourg ? Le Catecismo en guaraní y castellano de fray José Bernal (1789), l’expédition Mutis et l’enquête de Catherine II de Russie 

11h00 Pause café 

11h20 Jean-Baptiste Lamontre (HTL, Université Paris Cité), De l’Évangile à l’Empire : pourquoi et comment documenter les vernaculaires dans les Indes britanniques au XIXe siècle

12h Cécile Van den Avenne (EHESS, IMAF (Institut des Mondes Africains))Collecter les objets et les langues. La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti (1931-1933)  

12h45 Pause déjeuner 

Présidence Marie-Noëlle Bourguet (ICT, Université Paris Cité) 

14h20 Samir Boumediene (CNRS, IHRIM, Villa Medicis), Les langues comme manières de vivre. A propos de quelques usages de l’enquête entre l’Amérique et l’Europe (1570-1790) 

15h Jean-Luc Chappey (IHMC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Connaître les peuples par les langues au début du XIXe siècle 

15h40 Pause café 

16h00 Sven Ködel (Institut historique allemand, Paris), L’enquête linguistique sur les parlers de l’Empire napoléonien (1806-1812) : méthode, acteurs, réseaux 

16h40 Paul Cohen (University of Toronto) [à distance], L’Histoire sociale d’une courbe d’apprentissage linguistique.  Missionnaires français et langues amérindiennes en Nouvelle France, XVIIe -XVIIIe siècles 

Toon van Hal, professeur invité

Toon van Hal, KU Leuven (https://www.kuleuven.be/wieiswie/en/person/00041239), est professeur invité (HTL/ICT) à l’Université Paris Cité, entre mi-mai et mi-juin. Il présentera divers aspects de ses travaux au cours de quatre interventions, dans le cadre de séminaires ou de journées d’études.

Vendredi 20 mai, journée d’étude “Le Notre Père, outil linguistique et objet de savoirs” (Bât. Halle aux farines, salle 578F, 9h-18h)

Réceptions de la collection d’oraisons d’Andreas Müller (1680)

En 1680, l’érudit excentrique Andreas Müller publia un recueil de près de 100 traductions du Notre Père. Avec cet ouvrage, Müller ressuscite un genre qui, après de premiers travaux de Theodor Bibliander et Conrad Gesner dès le milieu du XVIe siècle, avait donné lieu à une première publication indépendante vers 1600 par Hieronymus Megiser. Dans cette conférence, un bref examen de la collection de Müller sera suivi d’une analyse de trois copies annotées, qui contiennent des ajouts et des révisions par des membres du réseau de Müller : Hiob Ludolf, Christian Mentzel et Mathurin Veyssière de la Croze.

-Mercredi 25 mai, séminaire HTL (Bât. Sophie Germain, salle 1014, 14h-17h)

Les grammaires ‘wendat’ de Pierre-Philippe Potier (1708-1781)

Cette conférence porte sur les Elementa grammaticae Huronicae, une grammaire missionnaire du XVIIIe siècle rédigée par le jésuite Pierre-Philippe Potier (1708-1781) décrivant la langue huronne, aujourd’hui appelée wendat. À la suite d’une édition récente de cet ouvrage (publiée en Open Access à l’Universitätsverlag Potsdam), que nous présenterons brièvement, nous examinerons cet ouvrage dans la perspective de la “grammaire latine étendue”. D’autres questions seront également abordées : dans quelle mesure est-il possible de distinguer la contribution de Potier de ses prédécesseurs ? Comment devons-nous comprendre la relation entre les versions manuscrites existantes et les versions manuscrites perdues ? Quels sont les défis auxquels les historiens de la linguistique missionnaire du XVIIIe siècle sont confrontés, et quelles responsabilités cela implique-t-il ?

-Vendredi 3 juin, séminaire HTL (Bât. Sophie Germain, salle 1001, 14h-17h)

La comparaison linguistique prémoderne et l’importance des similarités morphologiques

En 1816, Franz Bopp surprend la communauté scientifique avec un ouvrage novateur intitulé Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache. Plutôt que d’étudier la parenté linguistique en se fondant sur les ressemblances lexicales, Bopp met l’accent sur l’importance des similitudes récurrentes au niveau des flexions verbales. Le passage du lexical au morphologique fut considéré comme une étape majeure, sinon décisive, dans le développement de la linguistique en tant que discipline académique à part entière. Les idées de Bopp ne tombaient pourtant pas du ciel. Deux ans avant la parution de la monographie de Bopp en 1816, Rasmus Rask était couronné pour son essai Undersøgelse om det gamle Nordiske eller Islandske Sprogs Oprindelse, publié quatre ans plus tard. La méthodologie de Rask était similaire à celle de Bopp. Cette communication examinera dans quelle mesure la comparaison des traits morphologiques dans le but d’établir des liens généalogiques fut un phénomène exclusif du XIXe siècle. On montrera que dès le XVIe siècle, il existe des tentatives d’incorporation des caractéristiques morphologiques dans les recherches comparatives, tant au niveau programmatique, ou théorique, qu’au niveau pratique.

-Samedi 11 juin, journée d’étude “Enquêtes linguistiques, XVIe-début XXe siècle” (Bât. Halle aux farines, salle 578F, 9h-18h)


Leibniz, les langues du monde et la langue scythique

Dans les dernières décennies de sa vie, Gottfried Wilhelm von Leibniz a développé un intérêt prononcé pour les langues du monde et a tenté de lancer un programme de recherche collectif à grande échelle pour réunir des spécimens de langues. Pourtant, certaines régions et certaines langues ont été considérées avec plus d’attention que d’autres. Dans cette conférence, nous examinerons pourquoi Leibniz a développé un intérêt spécial pour les Scythes et la langue scythique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search